Dans l’impasse de l’alcool? – De l’aide existe!

retour 

 

4e Journée de solidarité avec les personnes touchées par l'alcool.

«Dans l'impasse de l'alcool, de l'aide existe!»

Dans notre pays, 300 000 personnes au moins sont dépendantes de l’alcool ou risquent de le devenir. Pour éviter que l’alcool ne les conduise dans une impasse, il existe en Suisse un système d’aide très complet; de l’ordre de 170 centres ambulatoires et plus de 60 institutions résidentielles permettent aux personnes concernées de trouver un moyen de sortir de la dépendance. Cette année, la «Journée nationale de solidarité avec les personnes dépendantes de l’alcool» aura lieu le 9 novembre. En reprenant le slogan «Dans l’impasse de l’alcool? – De l’aide existe!» et en organisant à cette occasion des actions dans les trois régions linguistiques, les institutions et les organisations spécialisées rappelleront leur existence au grand public. Le but de l’opération est de démontrer la nécessité et l’utilité du système professionnel d’assistance et de soin dans le domaine de l’alcool et de faire (mieux) connaître les prestations concrètes à disposition.

Pour la quatrième année consécutive, les trois associations professionnelles régionales que sont le GREAT (Groupement romand d’études sur l’alcoolisme et les toxicomanies), A+S (Verband Alkohol- und Suchtfachleute) et INGRADO (Centro di cura dell’Alcolismo) ainsi que l’Institut suisse de prévention de l’alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA) s’associent pour organiser, le deuxième jeudi de novembre, une «Journée de solidarité avec les personnes dépendantes de l’alcool». Ils entendent inciter la population à se poser un certain nombre de questions importantes à propos de la drogue légale no 1 et des conséquences (trop) souvent graves qui en résultent pour les personnes touchées directement et pour leurs proches.

Chaque année, 33 000 personnes suivent un traitement résidentiel
En Suisse, des problèmes liés à l’alcool amènent 33 000 personnes par année à se faire soigner dans des hôpitaux, des cliniques psychiatriques ou des cliniques spécialisées en alcoologie. Cela représente un bon dixième de l’ensemble des personnes déjà dépendantes de l’alcool et de celles qui risquent de le devenir dans notre pays. A cela s’ajoute une offre ambulatoire proposée par près de 80 centres spécialisés et 90 services sociaux. Parmi les consultations pour des problèmes de dépendance effectuées dans ces institutions, 60% environ concernent l’alcool. Les offres résidentielles et ambulatoires se complètent et constituent un système d’aide efficace, permettant aux personnes souffrant de problèmes d’alcool de ne pas se retrouver inéluctablement dans une impasse ou de réussir à s’en sortir.

Des actions se dérouleront dans plus de 40 villes suisses
En organisant diverses actions le 9 novembre, les institutions et les organisations spécialisées dans le domaine de l’alcool feront connaître à un large public le travail difficile qu’elles assument souvent loin des projecteurs de l’actualité. Dans plus de 40 villes, des stands d’information permettront de sensibiliser la population; des spécialistes seront là pour répondre aux questions et pour proposer de l’aide. En outre, des manifestations de toutes sortes – conférences, débats, visites de cliniques, etc. – permettront d’en savoir plus et de mieux comprendre la problématique de l’alcoolodépendance.

retour

Le projet est financé par le Fonds de prévention des problèmes d’alcool.

.